FANDOM


Adam est le premier homme, créé par Dieu au sixième jour (voir Gn 1, 26-29 et 2,7). En hébreu, Adam signifie « être humain » (homme et femme) et dérive du terme adamah, qui désigne la terre (glèbe, humus) - le même rapprochement étymologique est possible en latin avec homo et humus.

Adam a pour épouse Ève (de l'hébreu « vie »). Ils sont les premiers parents de l'humanité, qui forme une seule famille, dans la fraternité. Cette solidarité de l'humanité se manifeste aussi dans le péché originel, commis par Adam et Ève et contracté par tout homme, dès sa conception - à l'exception de la Vierge Marie, Immaculée Conception et nouvelle Ève, et du Christ, le dernier Adam.

Au péché originel, désobéissance fondamentale envers Dieu et défaite face à la tentation de Satan, est lié l'expulsion du Paradis terrestre et une vie de souffrance et d'aliénation qui aboutit à la mort. Dieu n'abandonne pas pour autant Adam à son sort : au lieu des pauvres pagnes de feuille, il lui fournit des vêtements de cuir. Surtout, il y aura la Rédemption du genre humain par le Christ.

Par sa mort et sa descente aux Enfers, le Christ a vaincu la mort, conséquence directe du péché originel, qui est lavé par le baptême. Il a libéré Adam et Ève, les premiers parents, des enfers.

On place la tombe d'Adam sur le Golgotha, à l'emplacement situé immédiatement sous la Croix. Ce rocher est visible à Jérusalem dans la basilique du Saint-Sépulcre.

Adam est vénéré par l'Église comme l'un des saints de l'Ancien Testament ; avec les ancêtres du Christ, il est fêté le 24 décembre.

Cinq dogmes concernant Adam et Eve Edit

1° Adam et Ève sont un homme et une femme. Et nous les reverrons donc de l'autre côté. Ce ne sont pas des symboles.

2° Leur âme fut créée immédiatement par Dieu (et non par évolution !!!) (et c'est à la science de se prononcer sur l'origine de leur corps. L'Église ne s'en occupe pas. Elle tient juste à dire que leur corps était bien biologique et Jean-Paul II écrivait que l'évolution à partir d'hominidés fossiles était plus qu'une hypothèse scientifique).

3° Ils ont été créés avec une grâce unique de présence de Dieu et d'harmonie, de sagesse: la grâce originelle. Adam et Ève étaient des sages, sachant leur destin éternel.

4° Ils ont péché par orgueil. Et ce péché n'est pas sexuel, quoiqu'en disent certaines mystiques. C'est important: l'ordre de faire des enfants est donné AVANT le péché originel, ce qui signifie que l'union sexuelle a été voulue par Dieu, et non par le diable.

5° Suite à leur péché, Dieu s'est effacé de leur monde conscient et avec Dieu l'harmonie qui venait du rayonnement de sa présence (la grâce originelle): le mal, la disharmonie psychique, la maladie biologique et la mort sont entrés dans leur vie.

Immortalité d'Adam et Ève Edit

Il y a deux façons pour un corps d'être incorruptible: 1° Parce qu'il est fait d'une matière non corruptible. Ce sera le cas dans l'autre monde, à cause de la matière glorifiée. Ce ne fut pas le cas de Marie et de Jésus, Adam et Ève sur la terre.

2° Par ce qu'une grâce issue de Dieu et qui rayonne de leur âme rend leur matière, par nature corruptible, non corruptible. Et c'est ainsi que cela se passe pour Marie, Jésus, Adam et Ève. Cela veut dire que le corps n'est pas responsable de sa propre incorruptibilité mais que cela vient d'une grâce.

Cela veut dire aussi que l'on peut poignarder et tuer Marie durant son séjour sur terre (c'est ce qui arrivera à Jésus) alors qu'on ne peut plus du tout le faire maintenant qu'elle est au Ciel et que son corps peut passer à travers la matière. Enfin, cela veut dire que si Dieu n'avait pas "assompté" Marie, elle serait morte un jour de vieillesse. Elle fut donc immortelle parce que Dieu la rendit immortelle :
- Par la grâce originelle pour les maladies.
- Par la main des anges pour les accidents corporels.
- Par l'assomption pour l'usure biologique naturelle.

Enseignement de Benoît XVI Edit

Dans son encyclique Deus caritas est, le pape Benoît XVI évoque en ces termes Adam et Ève :

« La première nouveauté de la foi biblique consiste, comme nous l’avons vu, dans l’image de Dieu ; la deuxième, qui lui est essentiellement liée, nous la trouvons dans l’image de l’homme. Le récit biblique de la création parle de la solitude du premier homme, Adam, aux côtés duquel Dieu veut placer une aide. Parmi toutes les créatures, aucune ne peut être pour l’homme l’aide dont il a besoin, bien qu’il ait donné leur nom à toutes les bêtes des champs et à tous les oiseaux, les intégrant ainsi dans son milieu de vie. Alors, à partir d’une côte de l’homme, Dieu modèle la femme. Adam trouve désormais l’aide qu’il lui faut : «Cette fois-ci, voilà l’os de mes os et la chair de ma chair» (Gn 2, 23). À l’arrière-plan de ce récit, on peut voir des conceptions qui, par exemple, apparaissent aussi dans le mythe évoqué par Platon, selon lequel, à l’origine, l’homme était sphérique, parce que complet en lui-même et autosuffisant. Mais, pour le punir de son orgueil, Zeus le coupe en deux, de sorte que sa moitié est désormais toujours à la recherche de son autre moitié et en marche vers elle, afin de retrouver son intégrité. Dans le récit biblique, on ne parle pas de punition; pourtant, l’idée que l’homme serait en quelque sorte incomplet de par sa constitution, à la recherche, dans l’autre, de la partie qui manque à son intégrité, à savoir l’idée que c’est seulement dans la communion avec l’autre sexe qu’il peut devenir «complet», est sans aucun doute présente. Le récit biblique se conclut ainsi sur une prophétie concernant Adam : «À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un» (Gn 2,24).

Deux aspects sont ici importants: l’eros est comme enraciné dans la nature même de l’homme ; Adam est en recherche et il «quitte son père et sa mère» pour trouver sa femme ; c’est seulement ensemble qu’ils représentent la totalité de l’humanité, qu’ils deviennent «une seule chair». Le deuxième aspect n’est pas moins important : selon une orientation qui a son origine dans la création, l’eros renvoie l’homme au mariage, à un lien caractérisé par l’unicité et le définitif ; ainsi, et seulement ainsi, se réalise sa destinée profonde. À l’image du Dieu du monothéisme, correspond le mariage monogamique. Le mariage fondé sur un amour exclusif et définitif devient l’icône de la relation de Dieu avec son peuple et réciproquement: la façon dont Dieu aime devient la mesure de l’amour humain. Ce lien étroit entre eros et mariage dans la Bible ne trouve pratiquement pas de parallèle en dehors de la littérature biblique. » Catégorie:Personnage de l'Ancien Testament catégorie:Mariage Catégorie:Pentateuque Catégorie:Bannir l'auto-médication sur certains wikis thématiques

Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.