FANDOM


(Edit 2016) jamais publié et le projet de bridge en cours est dorénavant sur CharlieEstBeau

Attention ! Ceci n'est pas un texte pour apprendre à jouer au bridge.

Il a été rédigé en tenant compte de ce que peu de joueurs de bridge connaissent wikipédia, l'encyclopédie libre sur Internet. Quant aux habitués des wikis, un pourcentage encore plus faible s'intéresse au jeu de bridge.

Si ce n'est pas un manuel d'apprentissage, cela aurait pu être axé sur l'évolution du whist vers le bridge mais un excellent ouvrage historique est sorti en métropole en 2004. Ce wikireader n'est pas non plus un dictionnaire, car non exhaustif, mais finalement un survol ordonné lexicalement de sujets que l'on rencontre peu ou prou parmi les livres de bridge, même dans ceux qui dépassent les cinq cents pages.

Bridge, sport olympique ? Puisque la technique y occupe peu de place, cette étude peut aussi bien être mise entre les mains de quelqu'un qui ne pratique pas du tout le bridge pour lui permettre de mieux cerner ce qu'il croit être un simple passe-temps de bourgeois retraités mais qui compte près de 100 000 licenciés en France et a obtenu la reconnaissance du CIO.

Quelques mots sur l'auteur, Jacques Ovion : depuis dix ans, il est arbitre et enseignant de bridge, mais il a attendu 2003 pour gagner son premier titre de champion de Ligue, la même année qu'il était le premier 21° kyu français au jeu de Go. Il réussit mieux à Othello (reversi) dont il fut champion de France par équipes FFO en 2002 après l'avoir été à titre individuel en 1979.

w:Giorgio BelladonnaEdit

For information on the erotic actress Belladonna see: Belladonna.

Même si le grand public connaît mieux Omar Sharif, voire le président w:Eisenhower ou le général Patton, l'on peut dire que Giorgio Belladonna (7 juin 1923 - 12 mai 1995) est entré vivant dans la légende du jeu de bridge.

S'il vous arrive de vous approcher de la Bermuda Bowl (un peu l'équivalent de la Coupe Davis), il est assez fascinant de se dire que chacune des treize victoires italiennes gravées le furent avec le campionissimo.

Les années 50 Edit

Lorsqu'il intègre la Squadra Azzurra du capitaine Carl' Alberto Perroux, Giorgio Belladonna n'a pas le prestige de certains de ses partenaires tel Pietro Forquet, ni celui de l'aîné de tous : Eugenio Chiaradia, surnommé il Professor.

Pourtant, il se fait remarquer lors de ses deux premiers championnats d'Europe et c'est vite la consécration : la première Bermuda Bowl de l'histoire de l'Italie, acquise en 1957, et suivie aussitôt de deux autres.

Les années 60 Edit

Le début des années 60 voit un très léger passage à vide puisque (nul n'est prophète en son pays) la Blue Team est carrément ridiculisée aux Olympiades de Turin. En 2006, c'est également à Turin qu'auront lieu les vrais Jeux Olympiques d'hiver ; comme en 2002 à Salt Lake City (les Françaises médaille d'or), il devrait y avoir du bridge puisque, entre-temps, le jeu est sport olympique, tout comme les échecs. C'est dans cette défaite à Turin que se forgent les futures grandes victoires puisque s'enchaînent Bermuda Bowl de 1961, 1962, 1963, 1965, 1966, 1967, 1969, entrecoupé par les secondes et troisièmes Olympiades (1964 à New-York... 1968 à Deauville... en plein mai-juin 68...).

Les années 70 Edit

Décennie apparemment moins faste (1972, 1973, 1974, 1975), dont Belladonna dira qu'il aura eu moins de jeu, elle se termine par trois places de deuxième. Il faut souligner que les Italiens doivent vivre en monnayant leur talent, d'abord au sein de la Lancia Team puis dans l'équipe de Maria Lavazza.

Malheureusement, cela impose à Belladonna des déplacements incessants qui ne favorisent guère le maintien d'un haut niveau de concentration, ni autant de temps qu'avant pour perfectionner son système d'enchère sophistiqué.

Cependant, il avait tellement d'avance qu'il lui aura ensuite suffi de sortir de temps en temps de sa semi retraite pour demeurer numéro un mondial jusqu'à mort, quelques mois avant une Bermuda Bowl se déroulant à Pékin.

==w:Easley Blackwood== est le père de l'une des deux conventions les plus connues avec le Stayman. Il s'agit en fait d'une double convention dont seule la seconde partie sert pour le Grand Chelem.

w:Émile BorelEdit

Politicien français et l'un des rares universitaires cités dans le dictionnaire du bridge, Émile Borel est né le 7 janvier 1871 à Saint-Affrique et est mort le 3 février 1956 à Paris.

Avec René Baire et Henri Lebesgue, il était parmi les pionniers de la théorie de la mesure et son application à la théorie des probabilités. Le concept d'ensemble borélien est nommé en son honneur. Il a également édité un certain nombre d'articles de recherches sur la théorie des jeux ainsi qu'un véritable monument sur le jeu de w:bridge.

Dans les années 1920, 1930, et 1940, il eut un rôle politique actif : il fut député de l'Aveyron à partir de 1924 et ministre de la Marine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut membre de la Résistance.

Il laissa son nom aux concepts mathématiques suivants :

  • le paradoxe de Borel,
  • le théorème de Borel-Lebesgue ou de Heine-Borel,
  • le lemme de Borel-Cantelli,
  • l'algèbre de Borel, mesure de Borel, l'espace de Borel.

Extrait bibliographique : l'Espace et le temps (1921) ; Théorie mathématique du bridge, en collaboration avec André Chéron, Éditions Jacques Gabay Paris, 1991 (fac-similé de l'édition de 1940).

w:Carte à jouerEdit

Se distinguant surtout entre petite carte et figure, l'on appelle carte à jouer chaque élément d'un ou deux paquets de jeux de cartes nécessaires pour un w:jeu de société constitué de fiches de petite taille (jamais plus de 15 × 7 centimètres). Beaucoup de jeux de cartes étant basés sur le principe de deviner la ou les cartes adverses, le « dos » en principe identique de chaque carte permet de les rendre indiscernables à la vue. Les différentes cartes d'un paquet se distinguent par leur « couleur » - cœur, carreau (rouges), pique et trèfle (noires) - et par leur valeur - un ou « as » à dix - ou leur figure - roi, dame, valet. Au jeu de bridge, en plus de cette opposition par couleur, il existe une opposition encore plus importante entre pique et cœur, (majeures), carreau et trèfle (mineures).

Il existe un vocabulaire commun aux cartes à jouer :

  • La pioche ou le talon : elle désigne le tas de cartes non distribué, souvent retourné « dos » apparent, et dans lequel le joueur peut ou doit « piocher » une carte selon les règles.
  • Un joker : le w:joker se rencontre généralement en paire, sa fonction est très variée mais généralement il permet de remplacer n'importe qu'elle autre carte.
  • Une main : désigne les cartes détenues par un des joueurs.
  • Un pli : cartes gagnées à l'issue d'un tour par l'un ou l'autre des joueurs individuellement ou par équipe.

Les jeux de cartes classiquesEdit

Composés de 32 ou 52 cartes assorties éventuellement de deux jokers :

w:Grand ChelemEdit

Tout comme l'expression contraire venant de Lord Yarborough, le Grand Chelem provient de la même famille de jeux que le bridge-contrat. C'est l'action de remporter, aux cartes, et depuis aussi au rugby, l'intégralité des matchs ou points, en ridiculisant ainsi l'adversaire.

Voir aussi le Grand Chelem en w:tennis.

w:Larry CohenEdit

Revendiquée avant lui par le français Jean-René Vernes, Larry Cohen est désigné outre-Atlantique comme l'inventeur de la Loi des levées totales, recette miracle des enchères compétitives au jeu de bridge.

Il faut dire que ce côté pillage est assez courant dans le monde anglo-saxon. Bien avant wikipédia, il était dans leurs moeurs de ne pas citer les origines des donnes de bridge publiées sous prétexte que cela alourdirait le texte. Mais de là à s'approprier des théories entières...

Cependant, Larry Cohen est un excellent journaliste et, parmi celles ayant du succès en clôturant ses conférences assez techniques, il y a l'anecdote de la bridgeuse à qui un très bon joueur propose de jouer dix tournois en face de lui à condition qu'ils fassent l'amour une fois cette initiation terminée. La dame s'aperçoit du mauvais caractère du champion et, à la fin de la neuvième séance, lui demande ses tarifs normaux comme professeur. Paraphrasé ainsi, cela doit paraître vraiment plat. Mais la bouille et la faconde de Larry font qu'il demeure très populaire auprès du public féminin.

w:Coupe DavisEdit

Aussi populaire que le grand chelem, la coupe Davis est l'emblème de la suprématie mondiale au w:tennis.

En 1899, Dwight F. Davis (1879-1946), un étudiant américain de l'université de Harvard et l'un des meilleurs joueurs de tennis du moment, a l'idée de créer une compétition annuelle internationale mettant aux prises les États-Unis et la Grande-Bretagne et la première coupe Davis se déroule à Boston (Massachusetts) sur les courts en gazon du Longwood Cricket Club, du 7 août au 10 août 1900. L'année suivante, la rencontre n'est pas reconduite, mais en 1902 le tournoi a repris avec une nouvelle coupe, un immense saladier d'argent. Le nom de l'équipe gagnante y est gravé chaque année et le vainqueur le garde jusqu'à la finale suivante.

La France y prend part dès 1904 avec la Belgique et l'Australasie (Australie et Nouvelle-Zélande). À partir de 1927, l'équipe française, composée de René Lacoste still to be written, Henri Cochet, Jean Borotra et Jacques Brugnon, domine la compétition avec 6 victoires consécutives. Après la fameuse équipe des « Mousquetaires », cet exploit n'a jamais été renouvelé.

Les matches (cinq au total) se disputent sur trois jours :

  • le 1er jour : les numéros 1 de chaque équipe rencontrent les numéros 2 (2 simples)
  • le 2e jour : le double, qui peut être disputé par des joueurs ayant déjà joué en simple ou par des joueurs spécialement sélectionnés pour le double
  • le 3e jour : les numéros 1 de chaque équipe se rencontrent en 1er match et les numéros 2 en second

Lorsque deux nations sont appelées à se rencontrer, les matches sont disputés chez celle qui s'est déplacée lors de leur dernière opposition. La surface sur laquelle se joueront les matches est choisie par le pays hôte.

À part peut-être le Bouclier de Brennus pour les seuls français, peu de trophées en-dehors de ce saladier d'argent possèdent une telle valeur évocatrice ; c'est ainsi que ni la Ryders' Cup, ni la Bermuda Bowl ne sont vraiment connus en-dehors respectivement du monde du w:golf et du bridge.

w:Ély CulbertsonEdit

En pleine dépression américaine, Ély Culbertson est surtout connu pour avoir publié le seul livre de bridge qui ait jamais été en tête plusieurs semaines de suite dans le classement (best-seller) des meilleures ventes. Son système d'enchères des années 30 est quasiment totalement dépassé... et pourtant... un peu comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose, bien des bridgeurs pratiquent de bonne foi sa Loi en croyant qu'elle émane de Larry Cohen.

Biographie : né en Roumanie (1891-1955) d'une mère slave et d'un père américain qui y travaillait comme ingénieur, Culbertson, après son fameux Blue Book réécrira, comme après lui le français Michel Lebel, un peu toujours le même livre si l'on excepte un livre pacifiste très politique dans lequel il s'était investi personnellement mais qui eut très peu de retentissement à sa sortie en 1947 : Must We Fight Russia?. Il avait aussi rédigé son autobiographie : The Strange Lives of One Man (1940).

w:DeauvilleEdit

Deauville est une commune du Calvados, dans la région Basse-Normandie.

Avec son casino, ses champs de courses, son port, sa marina, son centre de congrès, ses villas et ses hôtels fastueux, Deauville est considérée comme la reine des plages normandes.

En juillet, Deauville est la seule ville française à proposer régulièrement sur trois écrans géants les meilleurs joueurs en action. Cela remonte aux Olympiades de 1968 et à la foule trop nombreuse se pressant autour de la table où s'affrontaient Omar Sharif et Giorgio Belladonna, le numéro un mondial de l'époque.

w:Dictionnaire du bridgeEdit

Quasi encyclopédique car nombre d'articles se renvoient les uns aux autres, le Dictionnaire du bridge demeure l'unique essai universitaire francophone de couvrir ainsi le jeu.

S'il correspond dans ses grandes lignes au plan suivi sur les différentes wikipedias sur le jeu de la carte, domaine plutôt stable depuis deux siècles, l'on ne peut dire la même chose sur les enchères, domaine en évolution rapide.

C'est surtout sur les noms propres que son travail avait été le plus remarqué au moment de sa parution. Il avait plutôt bien réussi la gageure de répertorier tant les célébrités que les champions de classe internationale. Pourtant, l'on y retrouve que très peu de joueurs communs avec la présente wikipédia.

Main blancheEdit

Il a quand même accordé quatre lignes à un autre universitaire : Émile Borel mais son entrée vers Lord Yarborough n'est qu'un redirect (jargon wikipédien) vers la main blanche avec une définition admettant non seulement des dix mais même deux valets ou une dame. Ce dictionnaire du bridge n'accorde que quatre lignes à Omar Sharif mais deux fois plus à Giorgio Belladonna, il est vrai si longtemps au bridge numéro un mondial. En revanche, nulle trace de Lorenzo Lauria le numéro un mondial actuel. Et pour cause : ce monument signé Georges Versini, et publié par les Presses Universitaires de France, date de... 1968.

w:Le FigaroEdit

Le Figaro est un journal français, le plus ancien quotidien national encore publié.

Le 10 février 2005, l'essentiel du paragraphe ci-dessous était en copie écran sur l'une des pages intérieures du Figaro. Les dix wikipédiens différents qui y avaient contribué ont, j'imagine, ressenti beaucoup d'émotion d'être ainsi tirés à 500 000 exemplaires. Il y avait d'ailleurs eu peu avant une très légère guerre d'édition pour savoir lequel des contributeurs réguliers du Figaro serait en tête. Omar Sharif avait même tenu la corde quelques semaines durant. Il est cependant logique que son fameux J'Accuse ait valu à Zola sa première place. À noter que c'est à présent Guy Dupont qui assure le bridge dans le Figaro. Le tout premier chroniqueur fut Pierre Bellanger, l'auteur de la Physiologie du bridge. Un autre Pierre, l'inventeur du deux forcing manche Albarran réponse à l'as, lui succéda avant que ne démarre le très long règne de José Le Dentu qui officiait également dans Point de Vue Images du Monde où Quantin, numéro un français il y a juste un an, écrit à sa place, mais, hélas, en ayant cessé d'y relater les grands tournois internationaux.

Il fut fondé en 1825, donc sous Charles X, et nommé d'après la pièce de Beaumarchais le Barbier de Séville. La devise sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur du journal vient tout droit de cette pièce. Émile Zola, François Mauriac ou encore André Gide y ont écrit (mais aussi Omar Sharif, Jean d'Ormesson, Hélène Carrère d'Encausse, etc.) ; Le Figaro est souvent considéré comme le journal des académiciens mais, à part il y a quelques années Maurice Schumann, peu parmi ces hommes en vert se sont vraiment illustrés face à un mort.

w:FigureEdit

Sur une carte à jouer, chaque figure représente des personnages considérés comme héroïques au w:Moyen Âge - époque à laquelle furent créées les cartes à jouer - soit:

  • à cœur  :
    • Charles (pour Charlemagne),
    • Judith (héroïne biblique)
    • et Lahire (compagnon irascible de w:Jeanne d'Arc) ;
  • à carreau :
    • César (Jules César),
    • Rachel (héroïne biblique)
    • et Hector, héros de la guerre de Troie ;
  • à pique :
    • David (roi d'Israël),
    • Pallas (mythologie grecque)
    • et Ogier, (l'un des douze pairs de Charlemagne) ;
  • et à trèfle :
    • Alexandre (le Conquérant),
    • Argine, (anagramme de regina)
    • et Lancelot, (héros arthurien).

w:Benito GarozzoEdit

Très connu comme joueur de bridge sur Internet sous le pseudo papi, Benito Garozzo est né en 1927 à Rome. Pour le monde francophone, il est surtout l'un des signataires en 1969 du Trèfle Bleu (qui doit son nom à la Squadra Azzurra ), livre préfacé par Omar Sharif. Ce Trèfle Blue Team est le nom du premier système qu'il pratique en Bermuda Bowl dont il a remporté les éditions :

  • 1961 Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Eugenio Chiaradia, Pietro Forquet, Benito Garozzo ;
  • 1962 Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Eugenio Chiaradia, Pietro Forquet, Benito Garozzo ;
  • 1963 Massimo D'Alelio, Giorgio Belladonna, Eugenio Chiaradia, Pietro Forquet, Benito Garozzo, Camillo Pabis-Ticci ;
  • 1965 Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Pietro Forquet, Benito Garozzo, Camillo Pabis-Ticci ;
  • 1966 Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Pietro Forquet, Benito Garozzo, Camillo Pabis-Ticci ;
  • 1967 Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Pietro Forquet, Benito Garozzo, Camillo Pabis-Ticci ;
  • 1969 Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Pietro Forquet, Benito Garozzo, Camillo Pabis-Ticci ;
  • 1973 Giorgio Belladonna, Benito Bianchi, Pietro Forquet, Giuseppe Garabello, Benito Garozzo, Vito Pittala ;
  • 1974 Giorgio Belladonna, Benito Bianchi, Dano de Falco, Pietro Forquet, Arturo Franco, Benito Garozzo, Vito Pittala ;
  • 1975 Giorgio Belladonna, Gianfranco Facchini, Arturo Franco, Benito Garozzo, Vito Pittala, Sergio Zucchelli.

Photo : il est le joueur de droite sur http://www.worldbridge.org/tourn/Maastricht.00/Bulletins/0906/page4.htm

(les trois premières victoires italiennes de 1957 (contre Charles H. Goren), 1958 et 1959 l'avaient été sans lui. Le carré (comme disent nos amis belges) comprenait alors (sous le capitanat de Carl Alberto Perroux) : Massimo D'Alelio, Walter Avarelli, Giorgio Belladonna, Eugenio Chiaradia, Pietro Forquet, et Guglielmo Siniscalco)

Garozzo aura attendu 1976 pour se retrouver dans une équipe perdante dans une compétition internationale. Lorsqu'il joue sur Internet, son partenaire est généralement sur un autre continent car il s'est établi à Palm Beach en Floride. Il a obtenu la nationalité américaine en 1994.

Au classement mondial, où le quart des points cumulés est retiré chaque année, il y a longtemps qu'il ne cherche plus à concurrencer Lorenzo Lauria, le numéro un actuel. Il faut quand même signaler qu'en considérant les seuls points de carrière, donc sans défalquation, il était en 1993 classé second derriére Giorgio Belladonna.

w:Charles GorenEdit

Né à Philadelphie, (1901-91), Charles Goren aura eu très longue carrière aussi bien comme joueur de haut niveau, écrivain et chroniqueur. Même s'il avait déjà publié Winning Bridge Made Easy en 1936 et si son système de compte de points avait supplanté les levées d'honneur (prônées par Ély Culbertson) dès les années 40 il aura quand même attendu sa mort en 1955 pour être considéré comme le Monsieur Bridge américain alors que depuis 1991 Larry Cohen n'est qu'une parmi les nombreuses personnalités attirant les foules.

Bibliographie : Goren's New Bridge Complete (1985).

w:Guerre d'éditionEdit

Attention ! Ceci est un interlude, le premier des trois destinés aux bridgeurs qui connaissent peu les usages du monde des wikis coopératifs et découvrant ce texte sur la version papier de ce wikireader.

Soit plus souvent par consensus, soit en passant par un blocage temporaire faisant appel à un ou plusieurs médiateurs, la guerre d'édition est paradoxalement, lorsqu'il y a eu, comme pour le Figaro ci-dessus, une dizaine de contributeurs différents, le meilleur moyen de faire progresser la qualité d'un article proposé dans un wiki. À part des articles qui n'ont pas grand chose à voir avec le bridge comme pour Zinédine Zidane, il y a très peu de guerre d'édition autour des articles spécialisés. La seule qui m'ait marqué, sachant que Giorgio Belladonna était mon premier article sur le wiki français, est liée au tabou érotique. En effet, je voulais absolument wikifier (mettre un lien hypertexte) entre le défunt numéro un mondial de bridge et l'actrice X éponyme. Il est vrai que j'avais eu presque autant de mal à faire admettre au wiki anglais qu'il y faille mentionner le bridge au milieu du porno ;-)))

w:InterludeEdit

Outre celui ci-dessus sur la guerre d'édition, un autre Interlude est prévu sur l'histoire des jeux, et donc pas seulement sur l'histoire du bridge. Un troisième et dernier, intitulé : Poésie et drague virtuelle, montre que si les wikipédiens s'appliquent la plupart du temps à rédiger sérieusement, ils sont aussi des êtres humains ayant donc parfois envie de récréations.

w:Jeu de stratégie combinatoire abstraitEdit

À part sa forme double dummy, le bridge ne peut être appellé un jeu de stratégie combinatoire abstrait

  • opposant deux joueurs ou deux équipes ;
  • dans lequel les joueurs ou équipes jouent à tour de rôle ;
  • dont tous les élements sont connus ;
  • où le hasard n'intervient pas.

À noter que le caractère abstrait n'est pas obligatoire. Le jeu peut tout à fait comporter un thème ou un décor lorsque l'auteur ou l'éditeur l'a souhaité. Le terme abstrait est là pour indiquer qu'on ne reconstitue pas un événement passé ou fictif.

Il est impératif que les quatre éléments soient présents cette qualification de w:jeu de société.

Exemples par rapport à cette définitionEdit

  • des jeux classiques comme le jeu d'échecs, w:Jeu de Go, Jeu de dames ;
  • des jeux modernes comme Othello, Abalone, w:pente... quoique pour certains de ces jeux le fait de commencer ou non la partie peut résulter du hasard.

Ne répondent pas à cette définition :

  • Backgammon : présence de hasard ;
  • Stratego : tous les élements ne sont pas connus, puisque les unités sont cachées à l'adversaire ;
  • Bridge : même dans sa forme duplicate où le hasard est pratiquement éliminé, il reste des éléments cachés.

==w:Emanuel Lasker== International allemand de bridge mais aussi champion du monde au jeu d'w:échecs. still to be linked

w:Lorenzo LauriaEdit

Marchant sur les traces de Giorgio Belladonna, le regretté numéro un mondial au jeu de w:bridge, Lorenzo Lauria (1946 - ) a fait vibrer le cœur des tifosi pendant les championnats du Monde en novembre 2004. Quelques mois auparavant, il avait aidé l'Italie à gagner pour la sixième fois consécutive le principal titre européen. Certes, Belladonna en avait gagné dix en tout, mais pas consécutivement. Mais qu'allait faire Lorenzo lors des Olympiades de bridge cette même année ? Il était accompagné dans l'équipe italienne de Norberto Bocchi, Giorgio Duboin, Fulvio Fantoni, Claudio Nunes et de Alfredo Versace, son partenaire depuis dix ans. Comme presque toujours depuis vingt ans, l'équipe était sponsorisée par Maria Lavazza.

A cette occasion, Lauria est monté pour la première fois à la première place du classement mondial WBF puisqu'il vient de remporter un nouveau titre mondial la même année que deux titres européens.

w:Maria LavazzaEdit

On se souvient en 1998 du problème de double sponsoring au Tour de France cycliste. Tous les Festina, dont le maintenant néo-retraité Richard ...insu de mon plein gré Virenque, avaient été exclus dès les premiers jours. Cependant, le nom de Festina continuait d'autant mieux à planer sur l'épreuve que Festina était aussi sponsor officiel du Tour lui-même, et non seulement d'une équipe. En effet, à chaque arrivée, mais aussi à certains passages cruciaux, le nom de cette marque s'affichait en même temps que le décompte du temps écoulé.

Italienne, Maria Teresa Lavazza est depuis des années non seulement le sponsor de la Squadra Azzurra (leader actuel Lorenzo Lauria) mais sa société éponyme demeure un des sponsors principaux des grands évènements mondiaux. Cela ne l'empêche de jouer et de gagner quelques titres avec ses équipiers, mais dans des compétitions mineures.

Maria Lavazza ne diffuse pas des montres mais des percolateurs. Elle a recruté des filles canons (pas très encyclopédique et pourtant...) et met donc sous pression les futurs adversaires de son équipe lorsqu'ils doivent faire la queue pour profiter des distributions gratuites, tout le long du tournoi, de café, chocolat, potage etc..

==w:Michel Lebel== le plus riche des écrivains français, en activité depuis près de trente ans (corrélat : Ély Culbertson). Il eut l'idée de génie d'offrir gratuitement un exemplaire de la Majeure cinquième à chacun des enseignants de bridge de l'époque.

==w:Loi== still to be written

w:Lord YarboroughEdit

Avoir moins de jeu aux cartes, cela arrive. Lord Yarborough, Charles Anderson Worsley (1809–1897), est alors souvent invoqué. Comme Lord Sandwich, il passait beaucoup de temps autour des tables de jeux.

Mais, plutôt que de préluder aux w:hamburgers, Lord Yarborough allait devenir lui aussi un nom commun qualifiant celui qui n'a que très peu de bonnes cartes dans son jeu.

C'était alors le temps du whist et les honneurs allaient de l'As au dix ; chacun recevait treize des cinquante-deux cartes du paquet. N'avoir aucun honneur était donc une grande infortune.

Lorsqu'un joueur se plaignait sans cesse d'être dans une mauvaise passe, Lord Yarborough mettait une bourse de mille livres sterling sur la table en proposant à ce fâcheux, cet importun (c'est vraiment agaçant d'être assis à la même table qu'un râleur) d'engager une seule et unique livre : ma bourse est à vous si votre prochaine main ne compte pas un seul honneur.

À l'opposé, l'on trouve naturellement le Grand Chelem, mot nettement plus populaire. Par extension, l'on appelle aussi yarborough un jeu ne contenant ni As, ni figures, mais où un ou deux dix sont tolérés. L'on a depuis calculé que le yarborough d'origine n'avait au whist qu'une chance sur 1.800 de survenir.

w:Basse-NormandieEdit

Pendant les vacances d'été, les franciliens se déplacent dans toute la France et Paris perd alors son rang de capitale du bridge français. La région Basse-Normandie est la plus concernée par ces migrations saisonnières : d'une part, c'est là où Maurice Schumann a longtemps été président d'un club de bridge côtier où il avait invité Omar Sharif ; d'autre part, ce dernier et Giorgio Belladonna s'étaient rencontrés devant une assistance record lors des Olympiades de Deauville.

w:Phare d'AlexandrieEdit

Certes, la ville d'Alexandrie est surtout connue de la génération des jeunes des w:années 1970 lorsque w:Claude François orchestrait en disco ses fantasmes de faire voltiger les papillons autour du Phare d'Alexandrie peu de mois avant de mourir. Mais, pour les joueurs de bridge, dans cette période juste avant w:Nasser, c'est là que les parties d'argent aux tarifs les plus extravagants permettaient à toute une génération de s'aguerrir rapidement. Actuellement le meilleur rescapé de la Squadra Azzurra treize fois championne du monde, Benito Garozzo y avait fait ses premières armes, rejoint quelques années plus tard au même club d'Alexandrie par Omar Sharif qui y fonçait dès que les tournages de ses nombreux films lui laissaient quelque répit.

w:Easley BlackwoodEdit

Easley Blackwood (21 avril 1933 -) est né à Indianapolis où il étudie le piano et, dès l'âge de 14 ans, il se produit dans l'orchestre local ; il termine ses études artistiques à Paris de 1954 à 1956 pour s'établir à Chicago surtout comme professeur universitaire de 1958 à 1997.

C'est en 1981 qu'il commence à devenir célèbre : il abandonne ses compositions en style classique pour passer à la microtonalité, et, en 1986, il publie The Structure of Recognizable Diatonic Tunings.

homonymie : nettement plus connu dans le monde du bridge-contrat, Easley R. Blackwood (25 juin 1903 - 27 mars 1992) est né dans l'Alabama à Birmingham mais l'essentiel de sa vie se passe dans l'Indiana à Indianapolis. Il est bien le père du musicien Easley Blackwood.

Sa convention éponyme est encore de nos jours l'une des deux plus connues avec le Stayman. Il s'agit en fait d'une double convention dont seule la seconde partie sert pour le Grand Chelem. À noter, par rapport au wiki français actuel, que il est certes utile, pour jouer sur Internet, de savoir que le Roi d'atout doit être compté pour un As, un tel BKC (Blackwood key cards) est d'un usage peu répandu en France dans le bridge de tous les jours où les réponses les plus courantes sur quatre Sans-Atout demeurent :

  • cinq trèfles avec zéro (ou très rarement quatre) As,
  • cinq carreaux avec un As,
  • cinq coeurs avec deux As,
  • cinq piques avec trois As,
  • cinq Sans-Atout avec deux As et une chicane indéterminée,
  • six x avec un seul As mais une chicane dans la couleur x mais à condition que cette couleur soit moins chère que la couleur d'atout.

w:Poésie et drague virtuelleEdit

Cette entrée vous semble hors-sujet ??? explis à Interlude.
D'elle, je connais le nom, si doux à susurrer,
Finement composé et si beau à chanter.
D'elle, je vois le sourire, si mutin et si frais,
Finement esquissé quand elle est contemplée.
D'elle, j'ignore ce qu'elle fait, si ce n'est mon bonheur ;
Fine et douce et zélée, elle y met tant d'ardeur !
D'elle, j'ignore où elle est, si ce n'est dans mon cœur,
Finement enchâssée, comme un joyau charmeur.

Le concombre masqué 15 fev 2005 à 10:37 (CET)

Cher poète anonyme, je ne saurais vous dire combien, en ce matin craquant de soleil, vos mots me touchent. Mon coeur est pris, mais votre poésie est un rayon posé sur les cosmos froids et bleus de l'hiver. notafish }<';> 15 fev 2005 à 10:51 (CET)
Par pure jalousie j'ai été voir aussitôt sur Google d'où ces vers étaient pompés... eh non... ce sont bien des originaux. Dont acte. Recherche pas totalement infructueuse car sur le critère de recherche si beau à chanter je suis tombé sur cette page : http://www.forumopera.com/actu/joshua.htm dont la Muse est décrite comme une allumeuse baroque 82.224.88.52 15 fev 2005 à 11:08 (CET)
Héhé, je n'ai pas douté une seconde du fait que ces vers soient originaux, moi ! notafish }<';> 15 fev 2005 à 11:13 (CET)

Quelques vers ne valent-ils pas mieux qu'un troll ? Trop heureux que ces quelques mots vous aient plu, Madame. Le concombre masqué 15 fev 2005 à 11:27 (CET)

P.S. : Originaux bien sûr, comme je le suis moi-même, dit-on... Et la jalousie n'est-elle pas le plus sincère des compliments ? Alors, merci, cher concurrent ! ;)

concurrent mais aussi ;-))) devancier 82.224.88.52 15 fev 2005 à 11:56 (CET) [1]
Rudement éprouvé par mes vers enflammés,
Lisant, éberlué, ce poème enfiévré,
Rageant d'être doublé devant sa bien-aimée,
Le voici à chercher quel poème est pillé !
Cher ami inconnu, pourquoi avoir flippé ?
Vous, dont on ne connaît rien d'autre que l'IP,
Cachez-vous derrière cette anonyme adresse
Votre beau talent ou bien vos maladresses ?
Rengainons nos épées et parlons d'amitié.
Le charmant cétacé pourra nous inspirer :
Rassemblons nos idées, créons une épopée !
L'amour est notre allié ; Delphine, son messager.

Le concombre masqué 15 fev 2005 à 15:37 (CET)

Dirais-je sans pudeur que ma dauphine experte
Pratique avec mon corps à mes sens toujours prête
Tantôt citons Perret le pissenlit bulgare
Tantôt cette brouette idoine à Zanzibar
Dirais-je innocemment moi qui ne suis qu'IP
(CM m'a mis en small, suis-je mal équipé ?)
Que dans certains moments je ne me contiens plus
Je dois tout arrêter quand je me trouve en rut
Crains concombre qu'un aide orné d'une cagoule
Sur tes bigs attributs ne te botte une boule
Ou bien du Moyen-Àge imitant les bourreaux
Que rampent dans tes reins de répugnants crapauds 82.224.88.52 15 fev 2005 à 22:16 (CET)
Votre cœur est pris, et là, hélas ! mon cœur épris et las vous lasse. Le concombre masqué 16 fev 2005 à 16:06 (CET)

w:Maurice SchumannEdit

Souvent confondu avec Robert, le père de l'Europe, Maurice Schumann est quand même l'homme qui a lu à la BBC le fameux appel du 18 juin. Homme politique et journaliste français, il est né le 10 avril 1911 à Paris et est décédé le 9 février 1998 dans sa ville natale. Compagnon de la Libération, croix de guerre et chevalier de la Légion d’honneur.

Député MRP, puis UDR, du Nord de 1945 à 1973, il était proche d'hommes de conviction comme w:Gilbert Declercq. Il a occupé plusieurs fonctions ministérielles dont celle de ministre d’État chargé des Affaires sociales de Maurice Couve de Murville (1968-1969) où il était fier d'avoir été le seul ministre en charge de la famille de son époque à ne pas avoir fait baisser les allocations familiales. Il se rend ensuite en Chine et Mao lui dit: "vous direz aux maoïstes français qu'ils veuillent bien me lire avant de m'invoquer!".

Élu par ses amis du Figaro à l’ Académie française le 7 mars 1974, il échoua dans la conquête de la mairie en 1978 contre w:Pierre Mauroy. Pendant la campagne, sa passion du bridge lui faisait souvent jouer une ou deux heures à l'hôtel d'Angleterre, face à la gare de Lille. Omar Sharif a d'ailleurs consacré un chapitre de son livre au tournoi qu'ils avaient joué face à face en Basse-Normandie.

w:Omar SharifEdit

Omar Sharif (10 avril 1932 à w:Alexandrie), aussi connu comme Omar El-Sharif, est un acteur et joueur égyptien d'origine syrienne.

Son premier film occidental est Lawrence d'Arabie en 1962. Il est aussi le docteur Jivago dans le film éponyme.

Sharif est aussi l'un des joueurs de w:bridge les plus célèbres. Il a signé un livre de bridge ainsi que des commentaires sur des donnes pour plusieurs journaux dont le Figaro.

Aux Olympiades de Deauville, il représentait la modeste équipe d'Égypte opposée à celle de Giorgio Belladonna. Quelques années plus tard, c'est face à ce numéro un mondial qu'Omar Sharif fit une tournée internationale avec la Lancia Team. Dans chaque ville, une voiture était offerte au joueur (il y en eut vingt-quatre) parvenant à les battre. Dans son livre, un chapitre sur cette tournée est nettement plus croustillant que celui sur Maurice Schumann. Après avoir évoqué les très jeunes filles qui se cachaient parfois sous le lit de sa chambre d'hôtel, il nous narre, comme si nous y étions, l'une des plus belles peurs de sa vie. Une bridgeuse d'un certain âge, armée d'un revolver, lui avait... intimé l'ordre de lui faire l'amour. Son embarras fut à son apogée, si l'on peut dire par antiphrase, lorsque la présence de cet instrument dans la main de cette extravagante fan lui coupa tous ses effets.

==w:Sport olympique== Sport olympique still to be written

==w:Squadra Azzurra== ou Blue Team : équipe italienne quasiment invincible pendant 20 ans, voir Benito Garozzo pour son palmarès en Bermuda Bowl.

==w:Samuel Stayman== a donné son nom à l'une des deux conventions les plus connues avec le Blackwood. En 1950, il a gagné la toute première Bermuda Bowl aux côtés notamment de Charles Goren.

w:Zinédine ZidaneEdit

thumb|Zinedine Zidane (BODO 2003)

Né le 23 juin 1972 à Marseille dans le quartier de la Castellane, il est, le 17 avril 1994 à Bordeaux, pour la première fois sélectionné en équipe de France, contre la République tchèque. Entré en jeu à la 63ème minute alors que la France est menée deux buts à zéro, Zidane marque les deux buts du match nul.

Avant de battre le record (qui tient toujours) de transfert vers le mythique Real de Madrid, Zidane, en 1996, Zidane signe à la w:Juventus de Turin, club dans lequel a notamment évolué Michel Platini et c'est la consécration lors de la Coupe du monde organisée en France en 1998.

Trois ans après, au autre évènement important se déroulait au Stade de France dans des circonstances très particulières. Nous étions quelques semaines après les tours jumelles de New-York, et les spectateurs se faisaient fouiller plusieurs fois par jour.

La plupart n'étaient jamais venus au Stade de France car ces amateurs ont du mal à avoir une autre passion que le bridge !!!. Deux jours auparavant, Zidane avait à nouveau joué mais l'on se souvenait surtout de ses deux buts sur corner en finale, procurant à la France face au w:Brésil son premier titre de champion du monde.

C'est donc sur les mêmes deux écrans géants où étaient passés les ralentis des deux buts de la tête de Zinédine Zidane que, le troisième jour du Mondial de bridge ont pouvait voir clignoter en lettres énormes la France en tête... chez les féminines.

J'imagine que Maria Teresa Lavazza a dû être impressionnée par le cadre et par l'exubérance des kibitz car les amoureux du coq gaulois se sont alors livrés dans les tribunes à une manifestation digne de fans de rugby. Cette année-là, Lorenzo Lauria et ses coéquipiers n'ont fini que quatrièmes au lieu de premiers trois ans après.

Zizou termine sa carrière au w:Real Madrid où il a notamment gagné la w:Ligue des Champions en 2002. Opposé en finale au Bayer Leverkusen (victoire 2-1 du Real Madrid), il marqua à l'occasion un but d'anthologie pour un droitier : hors de la surface de réparation, une reprise de volée du pied gauche sur un centre en cloche de w:Roberto Carlos qui se logea dans la lucarne droite du portier allemand.

Alors qu'il avait à nouveau marqué deux buts cruciaux dans les ultimes minutes du premier match de l'Euro 2004, il a annoncé son retrait de l'équipe de France le 12 août 2004.

Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.